Le mouvement

Le 25 Avril 2015, le CNDD-FDD a présenté Pierre Nkurunziza comme son candidat pour

les élections présidentielles de Juillet 2015. Cette candidature, contraire à la constitution burundaise et aux Accords d'Arusha a suscité une vague de protestation fans le pays. L’opposition burundaise, la société civile, plusieurs membres influents du Parti présidentiel, l’église catholique et une grande partie de la communaute internationale ont plaidé pour le respect de la loi fondamentale et de l’Accord d’Arusha en vain. Le forcing électoral( le troisième mandat) a fait à ce jour, plus de 1500 morts, 270,000 réfugiés dans les pays limitrophes du Burundi. De multiples cas de tortures, des disparitions forcées et plusieurs autres cas de violations graves des droits de l’homme commises par les forces de l’ordre et la milice Imbonerakure ont été recensés par les associations de défense des droits humains.

Face à cet acte anticonstitutionnel, écœurée par une injustice institutionnalisée et par le déni de la dignité nationale, la jeunesse burundaise a manifesté son désaccord de manière légale et pacifique en usant de la liberté d’expression collective des idées et des opinions: la liberté de manifester. Mais cette jeunesse burundaise s’est heurtée à une répression sauvage des Forces de l’ordre et des milices IMBONERAKURE.

Consciente de la redevance citoyenne que la jeunesse burundaise doit manifester envers sa mère patrie, nous, la jeunesse regroupée autour du Mouvement Citoyen dénommé Mouvement International des Jeunes Burundais—M.I.J.B en sigle, rassemblant les jeunes burundais venus des quatre coins du monde, nous nous sommes réunis du 01 au 03 Juin 2016 à Kampala autour d’une table ronde avec comme objectif de voir ensemble le rôle de la jeunesse burundaise dans la résolution de la crise actuelle et la création d'une paix durable.

A l’issu de cet atelier de réflexion, une vision commune a été adoptée et un consensus pour la pacification et la restauration d’un Etat de droit au Burundi a été établi. Dans cette perspective:

Nous avons réaffirmé notre engagement à rétablir et pérenniser la paix, la sécurité et l’unité nationale.

Nous avons réaffirmé notre engagement à annihiler les causes profondes des conflits cycliques perpétrés au Burundi dès le lendemain de l’indépendance nationale ainsi que les questions transversales à savoir les menaces connexes : les milices et la criminalité organisée.

Nous avons réiteré notre détermination à créer un environnement propice à la restauration de la démocratie, au respect des droits humains et à l’introduction des principes d’intégrité, de bonne gouvernance, de justice et de patriotisme.

Nous nous sommes engagés à privilégier la mise en place de mesures économiques susceptibles de mettre fin aux malversations économiques et financières.

Nouvelles récentes